mariage-tradiMarrakech, (APS) – Le mariage a encore de beaux jours à Dakar la capitale, même si le divorce y reste une réalité tangible et que beaucoup de femmes dites ’’aisées’’ et séparées de leur conjoint sont pour beaucoup d’entre elles peu disposées à se remettre la corde au cou, révèle la sociologue Fatou Binetou Dial dans une communication présentée vendredi à Marrakech dans le cadre du 26-ème Congrès international de la population dont la fin est prévue le même jour.

 

Introduisant ‘’ Le remariage des femmes à Dakar : choix ou obligation’’, une communication faisant partie du panel ‘’Divorce et remariage en Afrique du nord et de l’ouest’’, Fatou Binetou Dial de l’Institut de recherche de développement (IRD-Dakar) a tout d’abord mis l’accent sur le caractère quasi incontournable du mariage, ‘’une institution sociale fortement ancrée’’ dans les us et coutumes au Sénégal. Selon elle, cela se vérifie ‘’autant dans les faits que dans les chansons’’.

A titre illustratif, elle indique, citant les données d’une enquête démographique nationale, que sur 1000 femmes recensées une seule a reconnu n’avoir pas été mariée jusqu’à l’âge de 50 ans.

Ayant pour sa part interrogé 50 femmes divorcées, après une longue période d’étude durant laquelle elle s’est appuyée sur les chiffres du tribunal de Saint-Louis (1996, 97, 98 et 99) et les enquêtes du démographe Philippe Antoine, la sociologue en est arrivée à la conclusion selon laquelle le tiers de ses interlocutrices se sont remariées dans une période cinq ans suivant leur divorce.

A ce propos, elle relève plusieurs causes de divorces liées notamment au défaut d’entretien par le mari, au problème posé par la belle famille de la conjointe et du conjoint, à l’absence de cohabitation, à l’arrivée d’une nouvelle épouse et à l’incompatibilité d’humeur. Fatou Binetou Dial cite d’autres causes relatives au maraboutage, à l’anthropophagie et à la caste.

En vérité, indique-t-elle, ‘’il n’y a rien de nouveau’’ dans ces divorces dans la mesure où des enquêtes ultérieures ont montré qu’on divorçait à Dakar il y a 40 ans de cela. ‘’La nouveauté, s’empresse-t-elle d’ajouter, réside dans la rapidité des mariages et la précarité des divorces’’.

A partir de ce constat, la sociologue distingue plusieurs types de mariages qu’elle qualifie d’’’arrangé’’, d’’’arrangé ou préférentiel’’, de ‘’prématuré’’, de ‘’stratégie de vengeance’’ et de ‘’tardif’’.

Ainsi, au vu de la finalité de la femme sénégalaise promise généralement au mariage, les femmes non instruites sont, une fois divorcées, les premières selon Fatou Binetou Dial à se remettre la corde au cou, suivies en cela par leurs de niveau intermédiaire, lesquelles mettent plus de temps à contracter une nouvelle union. ‘’Après le divorce, elles finissent toujours’’ par convoler en nouvelles noces, indique la sociologue.

Toutefois, cette probabilité est moins évidente pour les femmes ‘’aisées’’, possédant un niveau d’instruction très élevé et capables de se prendre en charge financièrement, fait-elle remarquer, soulignant qu’elles peuvent être qualifiées de ‘’vraies divorcées’’ dans la mesure où elles tiennent à leur statut et pour beaucoup d’entre elles ne comptent pas se remarier.
 
Sources : APS